DNSEP Art

Obtenu avec les Félicitations du jury  qui se composait de :

  • Chloé Maillet, artiste, docteur en histoire anthropologique et présidente du jury ;
  • Marie Muracciole, directrice du Beirut Art Center ;
  • Tony Regazzoni, artiste ;
  • Nicolas Aiello,  critique d’art et commissaire d’exposition ;
  • Sandra Delacourt, enseignante de l’école, docteur ès histoire de l’art.

 

AB

L’objet présenté ici renvoie à ma pratique de l’écriture autobiographique. Ces livres créés de toutes pièces par un artisan relieur tourangeau évoquent la complémentarité voire la bipolarité par ces aspects ‘tout noir ou tout blanc’. Sont dorés sur la tranche de chacun de ces ouvrages « partie A » ou « partie B » en référence précise à mes initiales. Les aimants positionnés sur une face de chaque livre sculptent poétiquement l’invisible. La pièce est essentiellement visuelle, il s’agit ici d’une invitation à la contemplation.

16-12-2016 / 12-01-2017

16-12-2016 / 12-01-2017

Une fois le crâne nu, je me suis fait photographier quotidiennement par une tierce personne pendant 28 jours. Afin que seule soit mise en avant la repousse des cheveux, la posture, l’expression, le vêtement, l’éclairage de chaque photographie sont identiques. Tous ces paramètres renvoient à une esthétique de la condamnation qui rappelle l’anthropométrie de Bertillon, procédé utilisé par l’institution judiciaire.

Cette démarche rappelle celle de Roman Opalka qui a créé une oeuvre avec une dimension temporelle importante ; plus précisément ses grands tableaux sur lesquels il inscrivait des nombres dont seul le dernier chiffre différait.